Fours chaux en valle de Barges

, par  agnouede , popularité : 22%

Concernant les fours chaux dans la valle, nous disposons d’informations la lecture des dlibrations de la commune de luz mises en ligne sur le site des Archives Dpartementales.

Un rglement pour protger les bois :

1690 : nous trouvons dans un rglement concernant l ??affouage des bois et forets du Bic de Darrlaygue, une interdiction catgorique.
Il est rappel « Qu ??aucun habitant ne pourra faire aucun four chaux sans l ??exprs consentement des habitants payne [sous peine] de dix cus petits applicables aux communauts. »
Cet acte notari pass devant Maruquette en 1690 renouvelle d ??anciens rglements dont l ??objet principal tait la protection des bois et forets, d ??o l ??interdiction de construire des fours chaux, forts consommateurs de bois.

Un four chaux sur le territoire de Sia en 1720

En juin 1720, un texte mentionne la dcision des consuls de Luz de construire un four chaux sur le territoire de Sia, mais aussi de pratiquer une coupe de bois. Les consuls argumentent leur dcision par la ncessit urgente de rparer leur glise. Or ce hameau dpend du vic de Darrelaigue. Bernard Fau, consul de Sazos, se rend sur les lieux avec d ??autres reprsentants et s ??oppose vigoureusement la coupe de bois en menaant les bucherons et en voulant les soumettre l ??amende. Les reprsentants de Luz s ??en indignent et rappellent le droit d ??usage commun toute la valle « tant pour le chauffage, que pour la [construction] ». Ils adressent une copie de leur protestation rdige par le notaire Maruquette afin d ??appuyer leurs rquisitions auprs du bale qui assurait une surveillance judiciaire. Ils jugent l ??intervention des consuls du vic de Darrelaigue comme « criminelle » et les accusent du retard dans les travaux qui portera un grand prjudice l ??glise qui ne pourra tre couverte ! Nous ne connaissons pas l ??issue de ce dsaccord. Cependant, nous ne trouvons pas la mention de four chaux sur le cadastre au secteur de Sia ?

Une dlibration pour la construction d’un btiment public :

Environ 1730 dans les dlibrations des communauts du vic de Plan , Esterre, on trouve une dlibration pour faire un four chaux au quartier de Labatsus pour la btisse de la maison commune de Barge
devis de M Coustier (p 7).

Des dlibrations pour la construction de la route de Labat :

La construction de la "nouvelle route de Labat" c’est--dire de la route principale de la valle ("Bat") est mise en oeuvreen 1733..
"La premire route fut construite entre 1733 et 1736 sur la rive gauche entre les ponts de « l’Escala » et « d’Enfer » .... ".
La premire voiture attele arriva par ce sentier en 1744.
Les travaux sont difficiles et les communauts se distinguent par leur mauvaise volont. Les consuls dcident alors de faire construire chacun des vics un four chaux pour produire ce matriau ncessaire aux ouvrages comme les ponts. Cela ne va pas sans mal ....

Le four chaux des Bains :

15 octobre 1733 : le four chaux des Bains
Les consuls (...) lesquels ayant procd la vrification de fours chaux dont l ??entreprise a t faite par Jean Benimgolle et Laurens Serres Danfar que suivant la dite entreprise et attendu qiue l ??on a examin qu ??il falait ..la conservation en faveur des entrepreneurs pour la chaux qui s ??est trouv au four des bains , il a t dlibr de lui payer la somme de 60 livres que l ??on a pris au dit Maruquette de luz" qui tait trsorier, puis premier consul du vic ..

Dlibration en 1739 de faire construire un four chacun des vics :

8 fvrier 1740
(...) en conformit en la dlibration prise l ??an dernier que chaque vic faisoit un four chaux pour fournir celle qu ??il convient la construction des ponts , et d ??autres ouvrages pour d ??autres chemins de Labat .La dlibration est prise de faire porter chaque vic la charge de leur four du lieu des ouvrages doivent se faire, c ??est ainsi qu ??il est convenu et promis en l ??absence de cela, des dommages seront pris ."

La cration d’un four chaux au quartier d’Arrieumau :

On trouve, tout d’abord, en 1704, chez Maruquette une facult pour le vic du Plan de faire un four chaux en Arrieumau "pour Rivire et Faure contre le vic du Plan"....
23 novembre 1704
"en la maison de ville de lus devant nous tmoins bas nomms. Les sieurs  ? concdent ... la facult de faire construire un four chaux au four qui est situ prs la chapelle darrieumau [chapelle St Catherine chez Cassini] , avec le bois ncessaire qui leur sera indiqu , marqu par les consuls ? ... De l que les fourmiers de la ville sont au nombre de six, ceux d ??esquize trois, un de villenabe, tous lesquels ne composent que 10 portions sans que leur nombre ne puisse tre augment sans l ??exprs consentement des communauts , il sera nanmoins loisible aux dits fourmiers d ??augmenter le nombre pour travailler , et non pour prendre aucune portion de chaux, pareillement est arrt que les dits fourmiers ne pourront vendre ni transporter la chaux qui proviendra de ce four hors des limites du territoire du vic du plan, .... ajoutons que le dit Fr Rivire et Andr Faur ne feront qu ??une portion, promettent d ??observer les clauses susdites ??? Estienne Leschard tailleur, Bernard Baze de Luz  ?

Chapelle ST Catherine

17 fvrier 1740

"Il a t propos que pour acclrer les ouvrages des ponts construire , de quoi la ville du vic du Plan aient de son cot fourni de la chaux pour leur contingent et voyant que les autres vics sont en retardement et pour ne pas souffrir de dommages et encore pour satisfaire l ??attention de sa majest et des seigneurs intendants , il convient de faire faire un nouveau four chaux au quartier darrieumau afin de suppler et de pouvoir fournir la chaux ncessaire tant pour finir le pont de Pescadere que pour construire celui de la peine Enhialadere [actuel pont de la reine]  ?de rpter et faire payer aux autres vics la portion qu ??ils doivent fournir . Sur quoi les dlibrants d ??une commune voix  ?voyant la ngligence des autres vics fournir la portion de la chaux qui leur (incombe) ont dlibr de donner faire un four chaux au lieu darrieumau et pour raison de le d ??anser quatre sear peur pour fixer le marbre de prendre des gens loyer pour couper et porter aux endroits le ncessaire brler le dit marbre  ?Couffite fera lelmarch avec les entrepreneurs et le prient de payer  ?.
Dusaulx, en 1796, indique ses lecteurs la prsence d ??un four chaux au ruisseau d ??Arioumau. Il note la prsence d ??une carrire.
« C’est l que /les habitants de Luz ont un four chaux ;/et auprs de ce four, une carrire dont/les bords sont recouverts de belles efflorescences/coblatiques rouges, bleues et/violettes. Ils en tirent un marbre mlang/de noir et de gris, communment employ/dans leur btisse, surtout pour encadrer/leurs fentres et leurs portes, ce qui/est de got sans tre de luxe ; car le marbre,/dans toutes ces valles, est la sorte de/pierre la plus facile tailler. »
A propos du four chaux du ruisseau d ??Arioumau, nous conseillons la lecture d ??un acte notari dress par le notaire Maruquette le 23 novembre 1704.

21 fvrier novembre 1743 : le vic de Labatsus se fait tirer les oreilles
"A t rsolu ds une assembl gnrale que chaque vic faisait un four chaux pour aider la construction des ouvrages de la nouvelle route ; que la ville, vic du plan, vic darrelaigue, ont fourni deux contingents qu ??il n ??y a que le vic de Labatsus qui est en demeure , et attendu qu ??il n ??y a pas de la chaux pour la construction des ponts qui restent faire , il requiert l ??assemble de vouloir dlibrer .. a t dlibr que le que le vic de Labatsus n ??ayant pas fait le four chaux, qu ??il doit le faire, la ville et autres vics ayant fait ceux qu ??ils devaient faire et la chaux tant dj employe, le vic de Labatsus sera tenu de porter aux endroits qui leur seront marqus par les conducteurs (...)"

Un rglement pour protger les bois en 17 septembre 1764

Art 12
Comme les fours chaux occasionnent une grande quantit de consommation de bois et qu ??il se commet des abus.. ;il sera interdit qui que ce soir d ??en construire et faire brler que sur notre permission ..laquelle nous accorderons que rarement et la suite d ??claircissements que nous auront pris sur l ??utilit qu ??il y aura de donner (p26)

Le four chaux du Lacaret, commune d’Esquize, non dat

Dlibration du 22 pluviose 4° Rpublique : "vente terre inculte au profit de Blaise Crampe habitant de la commune que ce dernier avait acquis du citoyen Lavignole l ??endroit Lacaret , concdons accordons de pouvoir se servir du four attenant la dite pice jusqu ?? concurrence d ??un journal "

Le four chaux deth Ga non dat

A une altitude plus basse, au lieu dit ela mole deth Ga, prs des terrains ensoleills de la Soulgnre, la mention « four chaux » est clairement indique. En consultant le Dictionnaire Palay, on trouve la dfinition suivante pour le substantif Ga : « gu, passage d’eau ou canal en certains endroits ». L ??expression mole deth Ga dsigne donc « le moulin prs de l ??eau ».
Cependant, l ??existence d ??un four chaux est raffirme par des documents officiels. Nous retrouvons cette dsignation dans le procs verbal dressant les limites de la commune de Luz en 1831.
« [La] ligne divisoire est forme par [le Barrancou ou ruisseau de Lassariou] en remontant son cours jusqu ?? la rencontre du chemin de Lassariou ; la ligne divisoire est ensuite forme par ce chemin en se dirigeant vers le nord et dcrit diffrents sinuosits, [il] aboutit au four chaux dit de Ga. » (sic)
Aucun souvenir concernant l ??utilisation de ce four n ??est parvenu jusqu ?? nous. Henri Cazaux-Lapeyre signale toutefois une fosse creuse mme le sol. Il peut s ??agir de la partie haute du four o l ??on disposait les pierres destines la combustion. La proximit de l ??eau permet de penser qu ??il s ??agissait de « chaux frachement teinte » destine la « fabrication de mortiers » pour la construction de murs . Par contre, dans une documentation concernant les fours chaux, on prcise que : « Les fours chaux se situent gnralement proximit d’une carrire o l’on exploite un calcaire de bonne qualit et sont autant que possible proche d’une fort o se trouve le combustible ncessaire en grande quantit. » Le bois provenait peut-tre de la sapinire de Horgues. Mais, o se trouvait la carrire ?
Mais, revenons au hameau d ??Agnoude, une carrire devait ncessairement alimenter le four chaux. Nous recensons uniquement deux exploitations contemporaines autorises par la Commission Syndicale. Il s ??agit, tout d ??abord, en 1920, d ??extraction « d ??ardoises sur les flancs de l ??Ase sur une largeur de 10 mtres et pendant deux annes, si la carrire ouvrir donne de bons rsultats. » .Ensuite, en 1947, la Commission accorda la concession de la « sablire d ??Armentiou sur le ruisseau Mensonger, moyennant 20F/m3 livrs, [plus 500 F] ceci pour 10 ans partir du premier juin 1947 du 1°juillet au 1° septembre (56) ». Cette activit concernait l ??exploitation du sable grs. Ds lors, la question reste entire : o pouvait-on extraire du calcaire proximit de la Soulgnre ? Sans parler de « gisement », on localise une paroi rocheuse au-dessus de la grange en ruine de Hount Granne. A cet endroit, ont t extraites les pierres d ??encadrement des portes et fentres de la maison Mazou, une pierre blanche ? Voil, nous semble-t-il pour la provenance du dit calcaire ?
Finalement, la mmoire collective de l ??Agnoude ne retient que la prsence du moulin et non celle du four chaux.
Aux environs de 1913, Sinturel conforte l ??information. Il signale : « moulin en ruines » sur la carte numro trois.
Il ajoute : « Avant de traverser gu, prs de la meule d ??un vieux moulin, laissez un sentier qui vous permettrait de grimper sur le rocher du Plat. »

Navigation

Brèves Toutes les brèves