L’Agnouède 1972-2019

Biberonnée à l’Agnouède, élevée en plein air, allée en plein cagnât, ratissé jusqu’au moindre brin d’herbe, ramassée les bottes, senti la ficelle qui fait mal, essayé sans succès la fourche, glissé du haut de la pyramide de foins dans la grange, griffée par les brins, marché pieds nus dans la rigole, les herbes folles entre les doigts de pied, se tenir au noisetier, au bouleau, touché le schiste brûlé par le soleil, le bois du bargas vieilli, lu les écritures sur les poutres, recopié dans un cahier, bu le lait au sortir du pis, le détester, sortir la saoumetto, monté en haut de la meule apeurée, porté les trois chiots ensemble, écouté et commencé à écrire…